“Villa Ocupada” exhibition, Neo Muralism of Latin America, Nantes, France.

La llegada

“The Arrival”, part of the instalation at Villa Ocupada, exhibition (2014)

Ever-VillaOcupada©DavidGallard-BD012

View of the room at Villa Ocupada, exhibition (2014). Picture by David Gallard

El logo y la historia

“The logo and the history”, part of the instalation at Villa Ocupada, exhibition (2014)

La contradiccion - Piramide social

“The contradiction and the social pyramide”, part of the instalation at Villa Ocupada, exhibition (2014)

   Ever-VillaOcupada©DavidGallard-BD037

View of the room at Villa Ocupada, exhibition (2014). Picture by David Gallard

Ever-VillaOcupada©DavidGallard-BD034

View of the room at Villa Ocupada, exhibition (2014). Picture by David Gallard

Ever-VillaOcupada©DavidGallard-BD015

View of the room at Villa Ocupada, exhibition (2014). Picture by David Gallard

NÉO-MURALISME : DE L’AMÉRIQUE LATINE À L’EUROPE

Avec la Bourse du Travail et les Salons Mauduit, l’édifice de la Mutualité fait partie d’un ensemble de bâtiments emblématiques de l’histoire sociale de la Ville.

A l’invitation de l’association nantaise Pick Up Production et de l’artiste nantais Kazy Usclef, une vingtaine d’artistes d’Amérique du Sud, d’Espagne et de France ont investi le bâtiment durant tout le mois de juin. Peintres, illustrateurs, plasticiens, ils ont en commun, chacun à leur manière, une culture artistique fortement influencée par le muralisme, ce mouvement pictural né au Mexique au début du 20e siècle dans le prolongement de la révolution.

Les artistes donnent à voir l’héritage d’un mouvement qui, en croisant les techniques et matériaux (feutre, aérosol, bois, ciment) s’est aussi inventé de nouveaux horizons. Du muralisme, ils ont gardé la vision d’un art populaire, facilement compréhensible et des thèmes récurrents, comme la redécouverte des racines culturelles.

L’exposition présentée ici est le fruit d’un mois de résidence artistique, intense en échanges, rencontres et collaborations. Elle offre aussi à ce bâtiment une dernière vie. L’édifice sera détruit début 2015 pour laisser place à un important projet immobilier qui remodèlera complètement le visage du quartier.

VillaOcupada